Faire de la cuisine une corvée : le guide complet pour en baver au quotidien

Titre de l'article

Disons-le-nous : la cuisine est une corvée et c’est la tâche que tu détestes le plus.

Dès que tu rentres, le compte à rebours est lancé avec les enfants jusqu’à l’heure du coucher.

Et on ne va pas se le cacher : l’idée devoir ranger la cuisine et faire la vaisselle te met un bon coup de stress supplémentaire ! Au point que tu n’arrives plus à trouver la volonté pour cuisiner.

Alors tu vas au plus simple et au plus rapide : pizza et quiches surgelées. Les pâtes au jambon c’est même devenu le grand luxe !

Et puis, comme tu aimes bien te triturer la tête, tu te mets même à te questionner sur ton mode de vie, sur les déchets que tu génères, sur ton impact sur l’environnement.

Bref, tu te mets la pression, quoi.

Et au fur et à mesure des jours, tu sens bien que tu es à deux doigts de craquer. Tu as presque honte de si mal gérer les choses.

Et pourtant, tu es plein(e) de bonne volonté : tu aimerais bien une vie plus harmonieuse pour tes enfants.

Tu as envie de manger en famille autour d’une table, avec moins de plats cuisinés industriels et plus de choses meilleures pour la santé. D’ailleurs, tu cherches à savoir ce qui est bon à consommer et ce qui est à éviter, mais bon c’est un peu la jungle.

Et je te comprends : tu tiens à la santé de tes enfants et à agir au mieux pour la planète.

Or pour transformer la cuisine en une véritable corvée, il y a un cheminement que presque tout le monde suit… malgré toute notre bonne volonté.

Tu me diras si tu te reconnais dans certains concepts : 😊

#1 : Se mettre la pression

Pour rendre un truc chiant, pénible et le transformer en corvée, le truc n°1 c’est bien de se mettre la pression ! Rien de pire que de vouloir tout faire 100% parfait, 100% DIY, 100% ceci-cela.

Se mettre la pression c’est se mettre des objectifs que tu ne peux jamais atteindre. JAMAIS. Un peu comme la carotte au bout du bâton pour faire avancer le mulet. Ca rend dingue, non ?

Alors mon conseil, c’est de faire le point sur ce que tu veux, sur ton rythme de vie et d’adapter les solutions à TOI. Et non pas le contraire : sinon ça s’appelle une contrainte (et non pas une solution). Je te rappelle que la cuisine c’est déjà la corvée, alors pas la peine d’en rajouter, hein ! 😉

Homme assis portant un pull à capuche qui se frotte les yeux

Quand j’accueille mes clients, au démarrage, ils me disent tous : « T’inquiète ! On va se mettre la pression ! ». Alors on rectifie dès le départ : on travaille sur l’état d’esprit, afin de garantir le succès et l’atteinte de leurs objectifs. Le but, c’est qu’à la fin de l’accompagnement, ils se retrouvent avec une organisation et une façon de faire adaptés à LEUR vie.

#2 : Négliger l’optimisation de son temps

Pour tout le monde c’est pareil : une journée c’est 24H. Ni plus, ni moins. Et malheureusement, le temps est incompressible.

Or, ce qui donne le sentiment que la cuisine est une corvée c’est que tu as l’impression que ça te bouffe du temps qui est déjà bien limité. TON temps. Du temps que tu pourrais utiliser à faire des choses que tu kiffes vraiment.

Or juste avec des outils tout bête de planification et d’organisation, ainsi que quelques gestes de cuisine simples mais bien placés, tu pourrais diviser par 3 le temps que tu consacres à la cuisine et rendre ça moins désagréable.

L’optimisation du temps, c’est le nerf de la guerre !

#3 : Délaisser l’organisation physique de ta cuisine

Une cuisine désorganisée c’est parfait pour la rendre désagréable et en faire une perte de temps ! Qui dit perte de temps, dit corvée.

L’organisation physique de ta cuisine peut te paraître du superflu : c’est clair, on n’a pas forcément envie de se payer une belle cuisine, surtout quand ce n’est pas ton activité favorite.

Je te rassure : ça peut être sympa d’avoir une belle cuisine mais clairement, ce n’est pas l’esthétique qui va t’aider !

Perso, ma cuisine est moche, vieillotte et en plus elle est tout petite (10m²). Mais ça ne nous empêche pas d’y cuisiner chaque jour. Parce qu’on l’a rendue pratique.

Femme de dos dans une cuisine en ordre

En fait, quand je parle d’organisation physique, je pense à tout ce qui peut être mis en place pour te faciliter la vie et te rendre la tâche moins désagréable :

  • ne pas avoir à chercher des ustensiles (parfois en vain), avoir les ingrédients sous la main
  • ne pas oublier le truc qui pourrit dans ton frigo… que du coup tu dois nettoyer et que ça te fait le même effet que devoir récurer le fond de ta poubelle parce que le sac a percé !
  • ne pas avoir à faire tomber toutes tes casseroles juste pour récupérer celle qui est tout en bas (ça c’est LE truc qui me soule en cuisine)… et que ça réveille les enfants qu’on a mis un temps fou à coucher
  • Avoir des ingrédients de base toujours en stock
  • Etc…

Bref, tout ce qui peut te SIMPLIFIER la cuisine !

C’est tellement un basique, que c’est un des premiers points que je checke avec mes clients : l’optimisation de l’organisation physique de leur environnement !

#4 : Se bloquer avec des recettes

Mes clients (et sûrement toi aussi) ont tous déjà un jour testé de planifier leurs repas en se référant à des recettes, avec le n° de la page du bouquin noté avec application, ou encore avec un générateur de menus et de recettes, etc…

Tu vois le truc super bien rodé, à fond les ballons…

Ils n’ont jamais tenu plus d’une semaine.

Ou alors ils tournaient chaque semaine avec les mêmes recettes. Plus morose, y’a pas !

Quand ils arrivent en début d’accompagnement, ils me demandent souvent : « Tu vas nous donner des recettes ? », comme si les recettes c’était de l’or en barres. Pour les gens qui écrivent des livres de cuisine, oui. Et les personnes qui les achètent sont des poules aux oeufs d’or qui jamais ne parviennent à résoudre leurs problèmes avec une générateur de menu et des recettes !

Alors je leur réponds que je ne compte pas leur faire utiliser quelque chose qui ne fonctionne pas et avec lequel ils ont déjà échoué.

Parce que c’est impossible de s’en sortir avec les recettes : elles sont faites pour que tu les respectes scrupuleusement. Sinon gare à toi, tu vas rater ton repas !! HAHA !

Les recettes nous emprisonnent et il faut impérativement en sortir en apprenant à les décliner : pour devenir autonome

C’est-à-dire partir d’un type de plat et décliner les catégories d’ingrédients.

C’est comme ça que tu vas gagner du temps, de l’ergonomie, un esprit plus léger… et de la CONFIANCE en toi ! Parce que souvent, quand on n’aime pas cuisiner, c’est parce qu’on ne se sent pas capable d’y arriver. On a peur de rater.

Tu verras qu’en déclinant tu auras une infinité d’idées et que tu vas même y prendre du plaisir (si ! si !) tellement tu seras fier(e) d’avoir des repas originaux chaque jour !

#5 : Croire qu’il faut se passionner pour la cuisine pour cuisiner

On peut passer l’aspirateur sans adorer le ménage. On peut donc se faire à manger sans aimer cuisiner.

Depuis 10 ans, le phénomène « Top Chef », « Master Chef », « Le meilleur pâtissier », etc… nous a fait croire que pour cuisiner il fallait forcément être un dingo de cuisine.

On doit se nourrir tous les jours, certes.

Mais pas besoin d’être un grand chef. Tout le monde n’aime pas forcément cuisiner, soyons honnêtes !

Je prends l’exemple de mon amie de Patrimoine, Permaculture etc…, 4 enfants et un mari. Elle cuisine TOUS LES JOURS (mais vraiment quoi !) : midi et soir, 365 jours par an.

Et elle fait TOUT elle-même : pour te dire, la pâte sablée, elle ne l’achète même plus. Le DIY ça la connaît !

Quand je l’ai rencontrée, j’ai cru qu’elle adorait cuisiner, pour en faire autant chaque jour. Je suis restée le cul par terre quand elle m’a dit qu’elle DETESTAIT ça. En fait, la cuisine ça la SOULE. En gros, la cuisine est une corvée.

Elle est bien la preuve qu’on peut nourrir convenablement sa famille et détester cuisiner.

Je te rassure, l’intention n’est pas de faire du 100% DIY. Mais d’adapter ta manière d’appréhender la cuisine à tes besoins et à tes envies. Parce que manger te permet de te maintenir en vie toi et ta famille, mais aussi en bonne santé quand c’est fait correctement.

Le tout c’est que ça te soit le moins désagréable possible – voire agréable. 😉 Et ça, ça fait partie de mon job !

Si tu t’es reconnu(e) dans une ou plusieurs de ces notions qui font que la cuisine te semble une corvée, alors tu as sûrement besoin d’un petit coup de pouce pour aller plus loin dans la résolution de ta problématique.

Je t’invite donc vivement à télécharger le programme (gratuit) « 8 jours pour reprendre en main sa cuisine », qui te guide étape par étape avec des outils à mettre en place, vers le mode de vie qui te convient 😉

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Envie de reprendre le contrôle de ton quotidien en cuisine en 8 jours ?
Inscris-toi à mon mini-programme gratuit !

Mélanie Landais
Mélanie Landais

Je suis coach culinaire et fondatrice de Mahel. J’accompagne des parents en manque de temps et d’inspiration à se remettre en cuisine au quotidien.

En savoir plus

Cet article a 2 commentaires

  1. J’adore <3 merci pour cet article bourré de bons conseils qui m'a redonné le sourire (confinement + bébé ronchon = je craque !)

    1. Avec plaisir ! Bon courage pour bébé ronchon ! Ca finit par passer… :p

Laisser un commentaire

Fermer le menu
facilisis dolor. nec Lorem leo ipsum ut